Cerexhe contre les intérêts de Bruxelles et de sa commune

Ce mardi 24 juin, lors du Conseil communal de Woluwe-Saint-Pierre (WSP), des habitants de cette commune avaient fait usage de leur droit d'interpellation pour poser publiquement diverses questions au bourgmestre Benoît Cerexhe.

Depuis le 6 février, et plus encore depuis les modifications apportées par Belgocontrol au Plan Wathelet, la commune de WSP est en effet l'une des principales victimes: les quartiers du Centre, du Chant d'Oiseau, Montgomery, Val Duchesse, des étangs Mellaerts... sont soit nouvellement impactés par le survol, soit plus durement touchés que jamais. Seul le quartier de Stockel, où habite le Bourgmestre, s'estime encore gagnant de ce plan insensé.

L'interpellation citoyenne, signée par 20 habitants de la commune, visait à obtenir une réponse claire de Cerexhe sur la question de savoir si OUI ou NON la commune de WSP allait intervenir à l'action en cessation introduite par la Région bruxelloise contre le Plan Wathelet et si OUI ou NON la commune allait enfin se prononcer en faveur du moratoire (suspension immédiate du plan) demandé par les Bruxellois.

Comme l'on pouvait s'y attendre, Cerexhe n'a apporté aucune réponse claire, et a tenté d'enfumer les habitants de sa commune, proposant de ne pas diviser les Bruxellois, et plus particulièrement les Wolusainpetrusiens, d'objectiver la situation en mettant des sonomètres dans sa commune, et d'attendre sagement l'Accord de gouvernement fédéral pour essayer d'obtenir une meilleure situation pour Bruxelles...

C'est le monde à l'envers ! Cerexhe ferait bien de lire l'étude de l'ULB et le rapport de l'IBGE, qui sont accablants contre le Plan Wathelet, et démontrent que le survol de la Région bruxelloise est passé de 7% à 43% avec ce plan.

En adoptant cette position indéfendable, Cerexhe met en danger les intérêts de sa commune, mais aussi de l'ensemble de la Région bruxelloise, aujourd'hui plus survolée que jamais de son histoire, et mise en position de faiblesse dans les futures négociations pour des solutions structurelles.

Seul le retrait immédiat de ce plan (moratoire) permettra de ramener de la sérénité et de négocier ensuite un plan durable, selon une méthode objective et transparente.

Les citoyens de Woluwe-Saint-Pierre l'ont bien compris, et ont interrompu le conseil communal pendant plus d'une demi heure, en scandant "moratoire", "incapable" et "démission", comme le montre la video tournée par un sympathisant.